LES FRÈRE LEMOYNE : DES CORSAIRES CANADIENS EN NOUVELLE-FRANCE

67
couverture du livre

BUSSEAU, Laurent,  De coureurs des bois à coureurs des mers : Pierre d’Iberville et Joseph de Sérigny des canadiens dans la marine du Roi-Soleil , CRDHM, Rochefort, octobre 2022, 74 p.

RÉSUMÉ :

Cette présente publication est produite en parallèle à la conférence « De marin canadien à gouverneur de Rochefort : Joseph Le Moyne de Sérigny (1668-1734)»présentée par le Comité Rochefortais de Documentation de la Marine sur Joseph Le Moyne de Sérigny (1668-1734). Mais on ne peut pas parler de Sérigny sans évoquer son frère ainé Pierre Le Moyne d’Iberville (1661-1706) qui demeure le plus connu et le plus médiatisé de la famille canadienne Le Moyne au Québec.

Entre 1686 et 1706, la vie et la carrière navale de Pierre Le Moyne d’Iberville et son frère cadet Joseph Le Moyne de Sérigny, deux fils du coureur de bois Charles Le Moyne natifs de Montréal sont des exemples d’une culture militaire canadienne différentes de leur contemporains européens.Nés en Nouvelle-France, importante périphérie coloniale de la France au XVIIesiècle, les frères Le Moyne ont profité d’une période mouvementée, liée aux différents conflits face à l’Angleterre, la Hollande et l’Espagne, pour se positionner au sein du monde atlantique français. Ils s’imposent comme des acteurs militaires et économiques aux différents ministres et au roi Louis XIV lui-même.

Joseph Le Moyne de Sérigny, est longtemps demeuré dans l’ombre de son frère Pierre, véritable héros légendaire et mythique de la Nouvelle-France, comme le fut d’Artagnan en France. Pourtant la réalité historique montre que Joseph est indissociable de Pierre dans les événements historiques qui ont profondément changé l’empire maritime français à la fin du règne de Louis XIV. Lors de ma recherche dans les correspondances de la Marine, au SHD de Rochefort, sur le propos des galériens iroquois envoyés à Marseille par Rochefort entre 1687 et 1689, le rôle de Sérigny est apparu plus concret à Rochefort.