Laurent Busseau

Qui et pourquoi «Historien sans Frontière»
Laurent Busseau est diplômé d’un Bac d’histoire à L’Université du Québec à Montréal (UQAM) et d’une Maîtrise en Histoire (2003) et d’un certificat en journalisme (2009) à l’Université de Montréal(UdM).

Chercheur indépendant depuis 2009, il a été conférencier auprès des Belles Soirées de l’Université de Montréal (2013-2019) et enseignant d’Histoire pour l’Université du Troisième Age (UTA) de l’Université de Sherbrooke (2011-2019).

Cours proposé en histoire à l’UTA-Université de Sherbrooke

  • Histoire des Cantons-l’Est
  • Histoire du Lac Champlain : de la préhistoire à 1950
  • Histoire de la sexualité en Occident
  • Histoire de la Guerre de Sept Ans : un conflit mondial 1754-1763
Intervenant dans les médias:
16 novembre 2019 : Opération « If Day », la fois où Winnipeg a cédé à l’invasion nazie.. dans Un samedi et rien d’autre.. Joel Le Bigot, Radio-Canada Première, Montréal.

26 octobre 2016 :  Les invasions féniens de 1866-1870 au Québec  dans Aujourd’hui l’histoire, Radio-Canada Première, Montréal.

2013 La prohibition sur le Lac Memphrémagog, pour « Ma caravane au Québec », TV5, Montréal.

Publication au Québec et en France :

La rocambolesque affaire Lamirande : 1866 Poitiers-New-York-Montréal, La Geste Édition, La Crèche,France, 2020.

Des Iroquois galériens à Rochefort sous Louis XIV (1687-1689), Publication CRDHM-SHD/Marine, Rochefort ,France, 2020.

«Les Féniens arrivent…» Histoire illustrée d’une invasion irlandaise à l’origine de la Confédération (1866-1870), Collection Société d’histoire de Misssiquoi, les Éditions Histoire-Québec, 2016.

Alcool, crime et prostitution sur la frontière : Frelighsburg 1890-1930, Collection de la société d’histoire et du patrimoine de Frelighbsurg (version bilingue), 2016.

Frelighsburg dans la tourmente : Les invasions Fenians irlandaises de 1866-1870, Société d’histoire et du patrimoine de Frelighsburg (SHPF) , 2012.

Pourquoi « Historien sans Frontière »…

Historien sans Frontière est né d’une fusion entre le principe de «Reporters sans Frontières » et l’esprit de Jean Jaurès où toute vérité est à expliquer, le concept « Historien sans Frontière » suite à une tentative d’homicide sur ma personne fin 2004, durant ma recherche sur la disparition de cinq jeunes femmes auxiliaires téléphoniste de la Lutwaffe (armée de l’air allemand de la second guerre mondiale).

Les circonstances de cet acte manqué ont tout de suite produites une réaction  violente administrée à l’auteur de cet acte manqué… Mais après mûre réflexion, cette tentative malheureuse a motivé mon action de remplacer l’acier du parabellum par celui de la plume pour écrire sans censure ni frontière morale… 

L’idée est donc née en 2005 de n’avoir aucune frontière de parole et de pensée  contre la censure des bien-pensants en Histoire et la mémoire édulcorée en étudiant les angles morts de leur mensonge et oubli…

Historien sans Frontière est donc un principe de résistance à la négation et à la manipulation de l’Histoire, sans aucune distinction de croyances culturelles, sociales, politiques ou religieuses.. De fait, c’est le noble principe du journaliste français Albert Londres :

Tremper la plume d’acier dans la plaie du mensonge pour lui faire mal.

«Fusionnant l’investigation journalistique et la recherche en histoire, étudiées à Montréal, mon objectif «Historien sans Frontière» est d’ouvrir les consciences sur certains angles mort du passé, afin de mettre en lumière la polyvalence d’une vérité historique, pour bousculer les mauvaises habitudes sommeillantes du Devoir de mémoire…». L.B