Entrevue à la société historique de Montréal : « La rocambolesque affaire Lamirande à Montréal »

1001

Caissier de la Banque de France de Poitiers durant le Second Empire de Napoléon III, Ernest Lamirande détourne à son profit l’équivalent de trois millions d’euros d’aujourd’hui. Comme un loup dans une bergerie dorée, le caissier malhonnête s’est discrètement servi dans la caisse, avant de prendre la poudre d’escampette. Fait divers d’un autre temps, « L’affaire Lamirande » représente une rocambolesque cavale criminelle, qui commence à Poitiers pour se terminer à Montréal, au Québec (Bas-Canada). Aventurier de son temps, Lamirande est un fugitif « outlaw » en Amérique du nord, passant par les États-Unis et le Canada, où il sera traqué par un limier de la police parisienne, Edme Melin « Le chasseur de caissier ». Rapatrié de force à Poitiers, le voleur poitevin donnera du fil à retordre à la justice française, en la confrontant au système judiciaire britannique du Canada. Se déclarant victime d’une extradition manipulée, Lamirande devient un phénomène médiatique dans les journaux internationaux, car « Cet homme a été volé à l’Angleterre » provoquera une crise diplomatique entre la France et la Grande-Bretagne entre 1866 et 1867.